• Des plantes contre les allergies saisonnières

    Pour de nombreuses personnes, l'arrivée des beaux jours rime avec

     larmoiements, brûlures à la gorge et aux yeux... Dès le mois d'avril, la kyrielle de symptômes de la rhinite allergique gâche les belles journées de printemps et d'été de ceux qui en souffrent. Dès les premiers beaux jours, c'est d'abord le pollen des arbres (cyprès, bouleau, thuya...) qui commence à grattouiller, puis les graminées passent à l'attaque (gazon, foins) jusqu'à l'été, suivis de la redoutée ambroisie, de l'armoise ou du plantain plus tard dans l'été. 

    Ces réactions immunitaires excessives, qui entraînent la libération d'histamine, révèlent une fragilité organique, immunitaire ou digestive, notamment. L'augmentation de la pollution serait aussi en cause, fragilisant les muqueuses et déroutant le système immunitaire en l'exposant à des combinaisons polluants-pollen. Les médecins phytothérapeutes proposent généralement des traitements agissant sur les symptômes et sur le fond en stimulant l'immunité et en drainant le foie et les intestins.

    Bleuet et ortie

    Tout d'abord, quelques précautions s'imposent pour limiter l'exposition aux pollens : aérer votre intérieur de préférence le matin ou le soir, éviter les longues balades lorsque le temps est sec et très venté, s'équiper de lunettes bien couvrantes, se laver les cheveux le soir... Ensuite, localement, on aura tout intérêt à nettoyer le nez avec du sérum de quinton en spray régulièrement . . Respirer fréquemment certaines huiles essentielles comme l'estragon ou la menthe peut également soulager. Pour les yeux qui picotent, l'eau florale de bleuet en usage local apportera du réconfort. Cette jolie fleur bleue, qui porte aussi le nom de centaurée bleue, devient plus rare du fait des pesticides dans les zones agricoles. Elle est utilisée en collyre depuis le XIXe siècle pour ses effets apaisants sur les irritations oculaires, ce qui lui a valu le surnom de "casse-lunettes". De récentes recherches indiquent que les extraits des fleurs de bleuet auraient des vertus anti-inflammatoires, modérant le système immunitaire et ses manifestations excessives, tels que les oedèmes.

    Pollen bienfaiteur

    Enfin, bien que ses pollens soient allergènes, le plantain possède une action antihistaminique connue et est fréquemment recommandé lors des rhinites allergiques. Cette plante si commune était déjà employée par les Grecs et les Arabes et faisait partie de la pharmacopée de Dioscoride et de Galien. Grâce à leurs molécules anti-inflammatoires et à leurs tanins protecteurs de la muqueuse, les feuilles de plantain soulagent les affections respiratoires, sont cicatrisantes et calment aussi bien les irritations des yeux que de la peau et des muqueuses. Il existe plusieurs variétés de plantain, et c'est généralement le plantain lancéolé qui est utilisé  pour apaiser les voies respiratoires, . sous forme de gélules, .. Tout comme le plantain, l'ortie piquante serait également un anti-inflammatoire efficace contre les symptômes des allergies saisonnières.

    Cassis et églantier en toile de fond

    Grâce à leur action polyvalente, les bourgeons de cassis (Ribes nigrum) ont une action de fond particulièrement intéressante et sont régulièrement recommandés aux personnes souffrant de rhinite allergique. En cas d'affection légère, ils remplacent avantageusement les corticoïdes, neutralisant l'histamine, sans leurs effets secondaires. En même temps qu'ils réduisent l'inflammation, ils stimulent l'immunité. On les recommande en cure sous forme de  bourgeons (gémothérapie ).Pour les enfants, les bourgeons d'églantier (Rosa canina) ont une action tout aussi efficace mais plus douce.

    Drainage du foie et des intestins

    De nombreux médecins phytothérapeutes préconisent des drainages réguliers du foie et des intestins en cas d'allergies. À cet effet, on peut se tourner par exemple vers des cures de Chardon-Marie, d'artichaut ou de romarin, pris sous forme de tisane une ou deux semaines par trimestre. . il est utile de  préserver une bonne écologie intestinale est également primordial. Pour cela, elle conseille une tisane comportant des semences de fenouil, de l'anis vert, de la coriandre, des feuilles de menthe poivrée et de frêne ainsi que des fleurs de camomille, en parts égales, à raison de quatre cuillerées à soupe du mélange pour un litre d'eau bouillante à boire tout au long de la journée. Enfin, optez pour les aliments antiallergiques, comme les radis, les carottes, la laitue, l'oignon, le persil ou le cerfeuil. En mettant en place ces différentes mesures, si possible avant les premiers symptômes, vous devriez traverser le printemps et l'été plus sereinement.

    voir stop al'

    complexe à base de quercitine, plantain, vitc oeufs de caille.

    voir probiotiques

    .

    .



  • Conseil contre les douleurs
  • Huile contre les douleurs

    Massage aux huiles essentielles

    Boire régulièrement et pratiquer un massage des zones endolories aideront à éliminer les déchets et éloigner la sensation de douleur.

    Préparation

    :Une cuillière à soupe huile végétale de milleperthuis

    5 gouttes d'huilles essentielle de lavandin

    5 gouttes d'huile essentielle de gaulthéry

    5 gouttes d'huile essentielle  de romarin à camphre

    Mélanger le tout et appliquer

    Déconseillé aux enfants de moins de 10 ans et femmes enceinte.

    Autre conseil

    Bain chaud à la camomille

    50 gr  de camomille romaine

    1 litre d'eau froide

    un thermomètre de bain

    verser l'eau froide dans une casserole mettre les capitules porter à ébulition , laisser tiédir

    filtrer la décoction la verser dans le bain et profiter pendant au moins 15 minutes



  • les plantes de la femme

    les recherches et la pratique ont validé de nombreux usages traditionnels. Si la prudence est toujours de mise - en cas de maladie grave, de symptômes aigus et durant la grossesse ou l'allaitement, un avis médical s'impose -, les femmes peuvent aujourd'hui encore trouver des plantes pour les accompagner à chaque étape de leur féminité. 

    Le gattilier (Vitex agnus-castus

    Troubles de l'humeur, migraines, tensions abdominales... Ces désagréments apparaissent quelques jours avant les règles et caractérisent le fameux syndrome prémenstruel qui touche près d'une femme sur deux. Le gattilier permet de réguler les variations hormonales responsables de ces malaises. Ses baies ont été longtemps considérées comme des calmants de la libido et on les surnommait le "poivre des moines". Aujourd'hui, on lui reconnaît des vertus sédatives et de régulation du syndrome prémenstruel ou de la pré-ménopause, ainsi qu'un soutien dans certains cas d'infertilité. . .

    conseils :  de gélules entre le 8e et le 21e jour du cycle, durant au moins trois mois. 

    L'alchémille (Alchemilla vulgaris

    Considérée comme une plante sacrée depuis l'Antiquité, elle a donné son nom aux alchimistes, qui recueillaient ses gouttes de rosée nocturne. On lui prêtait la vertu de raffermir l'appareil génital féminin et de redonner ainsi leur virginité aux femmes, d'où son surnom de "manteau de Notre Dame". Son action progestérone-like (qui mime la progestérone) en fait un excellent remède hormonal pour les syndromes prémenstruels, la pré-ménopause, les cycles irréguliers ou hyperménorrhées (règles abondantes). Elle est également antihémorragique et veino-constrictrice (jambes lourdes, hémorroïdes). On l'utilise sous forme de teinture mère, gélules et tout simplement en tisane, du milieu de cycle (14e jour) aux règles. 

    L'achillée millefeuille (Achillea millefolium

    Si elle tient son nom d'Achille qui aurait soigné son talon grâce à elle, l'achillée n'en est pas moins une plante phare de la femme. Elle est connue pour son pouvoir hémostatique et cicatrisant, mais c'est surtout son action contre les douleurs pelviennes et abdominales et sur le syndrome prémenstruel qui lui vaut sa place dans les soins gynécologiques. On peut la consommer en gélules, en teinture mère et tout simplement en infusion. 

    L'armoise (Artemisia vulgaris) 

    Elle tient son nom d'Artemis, déesse de la nature et de la chasse, en hommage à ses bienfaits pour les femmes. Déjà, Hippocrate l'indiquait pour les troubles du cycle féminin. En tisane, on peut la consommer sans danger durant quelques jours (6 jours maximum) en cas d'absence de règles par exemple ou encore de douleurs menstruelles. Elle stimule également la digestion et tonifie les nerfs. En revanche, elle est contre-indiquée en cas d'inflammation utérine ou d'infection récente du petit bassin et interdite aux femmes enceintes.

    La matricaire ou camomille allemande (Matricaria recutita)

    Déjà utilisée par les Germains, les Grecs et les Romains, la matricaire, qui dérive dematrix (la matrice), est souvent considérée comme une panacée. De par son effet sédatif, elle calme l'esprit et apaise les douleurs et crampes menstruelles. Ses fleurs se préparent facilement en tisane à prendre entre les repas.

    La mélisse (Melissa officinalis

    Son parfum doux citronné la rend facile et agréable à utiliser en tisane, ou même fraîche en cuisine. Depuis la Grèce antique, on fait appel à elle pour ses propriétés apaisantes du système nerveux et digestif. Pour la femme, c'est une alliée intéressante, car elle calme les dysménorrhées (règles douloureuses) associées à un fond d'anxiété ou d'agitation. Elle est déconseillée en cas d'hypothyroïdie.

    L'hamamélis (Hamamelis virginiana) 

    Dénommée autrefois noisetier des sorcières, l'hamamélis est la plante antalgique du système veineux, elle tonifie les parois vasculaires par vasoconstriction. De fait, c'est un grand remède antihémorragique, reconnu aussi en cas d'insuffisance veineuse et de varices, qui touchent particulièrement les femmes. Elle diminue aussi la congestion pelvienne, améliorant ainsi la qualité des cycles féminins. On peut la consommer en décoction, en infusion, en teinture mère ou en gélules.

    La prêle (Equisetum arvense

    Sa forte teneur en silice et autres minéraux en fait un reminéralisant de choix pour les femmes, notamment en période de ménopause. Son action diurétique douce la rend également utile en cas d'oedème ou d'infection des voies urinaires. On la consomme généralement sous forme de gélules.

    La sauge 

    "Celle qui sauve" était considérée comme une panacée au Moyen Âge. Toutes les traditions anciennes, à commencer par celles des Égyptiens, lui ont attribué des vertus magiques pour la fertilité notamment. La sauge sclarée (Salvia sclarea) et la sauge officinale (Salvia officinalis) ont toutes les deux des propriétés oestrogène-like. Pour cette raison, elles sont particulièrement adaptées à la puberté (pour mettre en places les menstruations) et à la ménopause (contre les bouffées de chaleur), accompagnant ainsi les grandes étapes de la vie d'une femme en lui procurant le plein d'énergie. Elles sont contre-indiquées pour tous les cas d'hyperoestrogénie et de cancers hormono-dépendants (sein, utérus...). Pour cette raison, il vaut mieux ne pas les utiliser au long cours sans avis médical. Elles se consomment facilement en tisane ou fraîches, en les évitant pour les hommes (troubles de l'érection éventuels). 

    Le houblon (Humulus lupulus

    Les cônes de houblon qui sont utilisés plutôt en teinture mère ou en gélules ont la même action oestrogène-like que la sauge et donc les mêmes indications et contre-indications - il est notamment déconseillé pour les hommes (le houblon est anti-androgénique, anti-hormones mâles). Il est plus particulièrement indiqué chez les femmes ménopausées souffrant d'acné ou en cas d'insomnies associées au stress, car c'est un sédatif puissant. 

     infusions  en cas syndrome prémenstruel 

    confectionner deux mélanges de tisane en . à consommer durant les deux semaines qui précèdent les règles et pendant les règles. Pour le matin, un mélange composé d'hamamélis (feuilles), mélisse (feuilles), aubépine (sommités fleuries), frêne (feuilles), vigne rouge (feuilles), alchémille (parties aériennes) et achillée millefeuille (sommités fleuries) pourra être pris à raison de 3 cuillères à soupe du mélange à parts égales pour 50 cl d'eau. Pour le soir, une décoction de valériane (racines) à raison de 1cuillères à soupe pour 50 cl d'eau.

    .



  •  Remède anti jambes lourdes

     

    Bain circulatoire :

    dans une tasse, mélanger 10 gouttes d'huile essentielle de cyprès, 5 gouttes d'huile essentielle d'hélichryse italienne 5 gouttes d'huile essentielle de citron à 2 bouchons de gel douche bio bien sûr pour le bain.

    versez dans le bain. restez dans le bain 1/4 d'heures.

     

     

    Cataplasme pour chevilles enflées

    Faites une infusion de reine des près ( 2 cuillières à soupe de reine des près infusées pendant 10 minutes dans 200 ml d'eau bouillante) laissez tiédir puis délayez de la poudre d'argile verte dans cette infusion jusquà'optenir une pâte lisse, ajoutez 5 gouttes d'huile essentielle de cyprès, 5 gouttes d'huilel essentielle de genevrier et 5 gouttes d'huile essentielle de citron

    appliquez en cataplasme sur vos chevilles, laissez agir 20 minutes et rincer à l'eau froide.

    ou pourquoii pas le crème circulior déjà prète à l'emploi.



  • Les plantes de l'homme

     

    Les plantes ont toujours été associées à des rituels pour leur potentiel stimulant, énergisant, euphorisant.

    elles sont capable de déclencher différents stimuli cela ne peut être dissocié de l'équilibre global grace à un équilibre de vitamine B et minéraux que l'on trouve das la spiruline

    Évidemment, la première réponse est de réduire son stress et d'alléger sa consommation de médicaments autant que possible, mais le recours aux plantes est aussi précieux.

    Le ginseng (rouge de préférence), ou l’éleuthérocoque, son cousin russe, sont des plantes puissamment toniques, bien qu’elles ne soient pas excitantes. Elles rééquilibrent le système nerveux, décontractent (en favorisant une montée du plaisir pendant les préliminaires) et stimulent (l’orgasme).

    le ginseng fonctionne  comme stimulant sexuel chez l'homme.

     

    La médecine traditionnelle chinoise nous a fait connaître une autre plante aux effets très surprenants : la schizandra. Les baies de schizandra stimulent et exacerbent les sensations des cinq sens, notamment le goût, l’odorat et le toucher, ce qui en fait un élément de choix pour augmenter sensualité, désir et plaisir : sous son effet, c’est une symphonie de sensations électriques qui apparaît. Antifatigue, la schizandra se consomme en gélules et agit 2 heures après.

    Devant une stimulation chez l'homme et la femme de divers signes de plaisir. c'est la perte du réflexe nerveux qui suit cette stimulation. Ce réflexe étant originaire du cerveau, on en conclut souvent que le problème "est dans la tête".

    c'est  davantage un trouble physique que mental. Celui ci peut être résolu dans la plupart des cas par la phytothérapie. La première plante à privilégier est le muira puama. Elle possède des actions vasodilatatrices périphériques suivies d’une action stimulante du système nerveux orthosympathique. Elle est par ailleurs capable de restaurer la libido aussi bien de l'homme que de la femme.

    Une autre plante la maca donne souvent de bons résultats face à ces troubles, là aussi chez les deux sexes. Le ginseng des Andes est en effet riche en oligoéléments et en précurseurs hormonaux utiles

    Pour inhiber l'excès d'émotivité

    Les pannes et les blocages sont souvent dus à une émotivité excessive, chez l’homme comme chez la femme, qui bloque la montée du plaisir.

    Complément alimentaire conseillé

    formule énergie ( rubrique Tonus vitalité ou clic sur produit dans la bande annonce )

    Afficher l'image d'origine

    Composez votre  synergie  avec les fleurs de bach, action sur  l'équilibre des émotions 

     Eglantiier aidera ceux qui n’éprouvent EGLANTINEplus de désir, d’intérêt, d’envie de jouer, de rire, qui sont un peu devenus des “ légumes ” sans réactions ; cette essence permet de retrouver le plaisir et l’intérêt des choses de l’amour.

    Mélèze permettra de surmonter le manque d’estime de soi pour ceux qui pensent ne pas pouvoir être aimés, ainsi qu’être dans l’incapacité de séduire et d’intéresser un partenaire.

    pinPin aidera les personnes qui ressentent différents types de culpabilité qui les rendent prisonniers de schémas mentaux les empêchant de se libérer totalement et de donner leur pleine mesure.

    Charme aide ceux qui voudraient faire le CHARMEpremier pas mais n’y arrivent pas parce qu’ils repoussent à plus tard ; en fait cet élixir nous intègre au présent en nous permettant de faire au lieu d’envisager : il nous propulse dans l’action spontanée.

    Gentiagentiane-boutonne permet aux hésitants pessimistes de croire à la réussite de leurs entrepr ises et de rester sur la ligne positive et porteuse d’un optimisme joyeux.

    Impatiente pour qu’en soi, il n’y ait pas d’éIMPATIENTEnervement malencontreux, mais le calme qui permet de respecter sans hâte le rythme du partenaire et d’accepter de recevoir aussi sans précipitation pour l’harmonie du couple.

     cette synergie peut être utilisé avec succès par ceux qui manquent de désir sexuel ou qui souffrent de difficultés à ce niveau. Cette synergie d’élixirs harmonise les relations des partenaires et les fait bénéficier d’une plus grande expression et d’un plus complet épanouissement sexuel. 

    Conseil : 3 gouttes en les mélangeant dans un peu d'eau 2 fois par jour en dehors repas par exemple avant le peit déjeuner ou diner.

    Autre dossier 

    les plantes de la prostate

    obligeant à des réveils nocturnes, jet faible et difficulté à uriner ou, au contraire, mictions impérieuses... Après 50 ans, ces troubles concernent un homme sur deux et sont symptomatiques de l'hypertrophie de la prostate (ou adénome de la prostate), c'est-à-dire son agrandissement anormal. La prostate comprime alors la vessie et l'urètre, ce qui explique les gênes urinaires. L'adénome prostatique n'a aucun lien établi avec le cancer de la prostate, mais, non traité, il peut devenir invalidant et conduire à une obstruction urinaire et à des infections urinaires. Une intervention chirurgicale consistant en l'ablation partielle ou totale de l'organe est alors souvent proposée, entraînant la stérilité et souvent des problèmes d'érection. Pour éviter la chirurgie, les traitements classiques sont des inhibiteurs de la 5-alpha réductase (l'enzyme responsable de l'hypertrophie). Ces médicaments sont parfois contestés du fait de leurs effets secondaires (troubles sexuels, baisse de la libido, gynécomastie...). Aussi, pour accompagner des troubles bénins à leurs débuts, le recours aux plantes est une alternative intéressante. Cependant, l'automédication peut s'avérer dangereuse si elle n'est pas précédée d'un contrôle médical. En effet, les symptômes du cancer de la prostate sont proches de l'adénome et une visite chez le médecin ou chez l'urologue dès les premiers troubles urinaires permettra de s'assurer de l'absence de cancer.

    Racines d'ortie

    L'ortie dioïque ou grande ortie (Urtica dioica) est souvent citée pour ses vertus anti-inflammatoires et pour empêcher la croissance du tissu prostatique. Pour cette indication, c'est la racine qui est utilisée, surtout au début des troubles, car elle permettrait de ralentir l'évolution de l'adénome et de réduire la fréquence des mictions. Si la qualité des études scientifiques en la matière est parfois jugée insuffisante, la Commission européenne ainsi que l'OMS  reconnaissent tout de même comme "cliniquement établi" son usage dans "le traitement des problèmes d'émission d'urine liés à l'hypertrophie bénigne de la prostate de légère à modérée, lorsque l'absence de cancer de la prostate est avérée". .

    Palmier nain et prunier d'Afrique

    Fréquemment associé à l'ortie, le palmier nain ou palmier de Floride (Serenoa repensSmall), anciennement dénommé Sabal serrulata, est l'autre plante associée à la prostate et aux troubles de la miction en phytothérapie. Ce sont les fruits de ce petit palmier des qui sont utilisés et présentés sous forme de médicament. Plus d'une dizaine d'études démontrent ses effets sur la fréquence des mictions (et des réveils nocturnes). L'écorce de prunier  d'afrique (Prunus africana) a une efficacité identique, mais ce grand arbre originaire de Madagascar serait en voie de disparition, et pour cette raison, il est préférable de se tourner vers le palmier de Floride.

    L'épilobe

    Cette belle fleur rose fréquente dans les Alpes paraît prometteuse pour traiter l'hypertrophie de la prostate. Le docteur Kurt Hostettmann, éminent chercheur en phytomédicaments, raconte comment il en a découvert les propriétés : "À l'âge de 65 ans, mon propre père avait des problèmes de miction et il refusait l'opération de la prostate qu'on lui proposait. J'avais pu lire que Maria Treben, une herboriste autrichienne, recommandait cette plante. Elle avait en effet observé dans des vallées retranchées d'Autriche qu'on la consommait en tisane, comme substitut de thé, et que les interventions chirurgicales de la prostate y étaient bien moins importantes qu'ailleurs. Cela ne reposait sur aucune étude scientifique, mais je proposai à mon père d'essayer. Ce qu'il fit. Matin et soir, il prit son infusion d'épilobe, et après trois à quatre semaines, ses mictions nocturnes diminuèrent nettement. Il n'eut plus jamais de problèmes de prostate jusqu'à sa mort près de vingt-cinq ans plus tard." Fort de cette première expérience, le docteur Hostettmann confia alors ce sujet de thèse de doctorat à l'un de ses jeunes collaborateurs. 

    L'épilobe s'avéra effectivement efficace pour lutter contre l'adénome de la prostate, limitant le nombre de mictions, renforçant le jet urinaire et le débit, par le même mécanisme que celui des médicaments synthétiques actuels (inhibition de la 5-alpha réductase, l'enzyme responsable de l'hypertrophie). Les principes actifs de la plante sont essentiellement présents dans les tanins, qui sont solubles dans l'eau. D'où son efficacité sous forme de tisane (par exemple 20 jours par mois). Il existe plusieurs variétés d'épilobes, et celles recommandées sont les épilobes à petites fleurs (Epilobium parviflorum Schreb), car elles contiennent autant de principes actifs, mais moins de tanins, qui pourraient à la longue être irritants pour l'estomac. Certaines recherches laissent présager l'utilité de l'épilobe contre les cellules cancéreuses de la prostate, mais cela reste à confirmer. 

    Enfin, les graines de courge sont également fréquemment citées pour diminuer les symptômes de l'adénome bénin de la prostate et sont très connues des Allemands pour cette propriété. On les trouve facilement dans tous les commerces, et si leurs vertus sur la prostate ne sont pas complètement établies, leur richesse en nutriments en fait un aliment santé intéressant à consommer quotidiennement.

    voir complément alimentaire

    lycoprostat.

    racine d'orthie

    Noubliez pas un bon renforcement du foie avec

    hépactif

    et bien sûr l'alimentation que vous conseillera notre Naturopathe.

    .

    .

     



  • Conseils pour l'inconfort de la peau

     le  macerat de calendula qui apaise les démangeaisons, du beurre de karité et de l’huile de bourrache qui hydratent et réparent l’épiderme en souffrance, et enfin de l’huile d’onagre prise par voie interne qui est réputée atténuer les effets de l’inflammation chronique.

    .

    Pour la toilette

    .

    Le bain d’argile convient aux adultes et aux enfants

    Des méthodes naturelles conviennent à la toilette quotidienne et ne mettent pas à mal l’acidité naturelle du pH de la peau.

    Pour une toilette douce et adaptée,  à défaut, un savon naturel surgras (l’idéal étant un savon aux 18 plantes. Médimix

    Deux à trois fois par semaine, pour vous laver en douceur, pensez à l’argile blanche, que vous pouvez utiliser pour vous laver  : sous la douche, une fois le corps soigneusement humidifié à l’eau tiède, fermez le robinet puis frictionnez-vous doucement avec une bonne poignée d’argile blanche. en poudre. La poudre se transforme en lait nettoyant.Utilisez alors la pâte d’argile comme une « crème » nettoyante et rincez ensuite à l’eau tiède. Une fois la peau sèche, appliquez une huile végétale fine et assouplissante comme la bourrache en faisant bien pénétrer par un massage circulaire

    les douches  sont également recommandés en cas d'inconfort de la peau étendu, à raison de 3 à 4 par semaine au maximum. Prenez-les toujours tièdes (de 30 à 34 °C) plutôt que chauds, afin de ne pas augmenter le prurit ou l’inflammation. Dans le bain, versez au préalable une tasse blanche avec ½ tasse de bicarbonate de soude (facultatif). Le but est de rendre l’eau plus douce, assainissante et émolliente. Une fois dans le bain, versez sur une éponge naturelle l’équivalent de 2 ou 3 cuillères à soupe d’huile de bourrache, d’amande douce, de jojoba, de noyaux d’abricot ou d’argan. Massez tout le corps avec l’éponge huileuse tout en baignant dans l’eau pendant 15 minutes environ. Rincez à l’eau tiède avant de se sécher en tamponnant à la serviette. La peau s’en trouvera assouplie, propre et bien apaisée.

    Vous pouvez aussi trouver un certain réconfort dans les douches à base de seL ( Alcabain sel minéral tout doux qui permet un gommage en douceur ).

    data:image/jpeg;base64,/9j/4AAQSkZJRgABAQAAAQABAAD/2wCEAAkGBwgHBgkIBwgKCgkLDRYPDQwMDRsUFRAWIB0iIiAdHx8kKDQsJCYxJx8fLT0tMTU3Ojo6Iys/RD84QzQ5OjcBCgoKDQwNGg8PGjclHyU3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3Nzc3N//AABEIAGQAZAMBEQACEQEDEQH/xAAbAAACAwEBAQAAAAAAAAAAAAAEBQACAwEGB//EAD0QAAEDAgMDCAcHAwUAAAAAAAEAAgMEEQUSITFBUgYTFCJRYXHRMkKBkZKhsRVDYnLB4fAjU/EHJDNEgv/EABoBAQEBAQEBAQAAAAAAAAAAAAABAgMFBAb/xAAvEQACAgEDAQYEBgMAAAAAAAAAAQIRAwQhMRIFE0FRYaEiwdHwFDJxgeHxBpGx/9oADAMBAAIRAxEAPwD7igIgIgMp6iKAf1XgE7BvKqViwKTFN0UXtcf0V6SWYOxCoOxzW+DVelEsr02p/un3BXpQsgrqgfen3BKQssMQqOIH/wAhTpRbNGYnKPTax3honSLCYsRidYPDmHv1CnSxYWCCAQbg7wslOoCICICIDzdXPnxGoY47HWF/BdUtjLILoQiFJsQHSSf8ICICBpQGzIHu1tYdpUsDWh0gDb7DZYZUEKFMjUMVoHOkM70oFhK1QHk53Z8VqSNnOELsvymWM6YXAv2LLIGshidtYFG2U1FFAfU+azZS3Qafg+aWxRYUkA+7CWxRYRRsHVY0exLBlNaxshC1F/xu/N+gRlQQoUW3WikugLNdbTcgPOss6vnPbK76ldPAwxtTDqjw81lkGEez+d6yUIbqoUuoUiA45CGEuzYqiEozo8d90ZUEqFFi0U6gKTTRwRmSZ4a0bygEFLJG6rfkeDd5IvobLpZhjunGg8PNZZA6MaLJQhv896yUshTqAqUIYzWDSSbAKgGpayJszmE2DrWduR7gYqFFq0UiA8/yhe51WyMHqsYNO83/AGWo8ASmAyyDqu26EHYgHVEK6Foy1JI4ZRm+e1RsbMawVlYPTjid4EhZslIMZXSnbTe5/wCygo0FY8/9c/Ego6aqXdCB4uQFHz1B2FjfZdABzslfrI9z+79kALlIOxUDvDpTJTDMdWnKoAdaKdQHnMTYZsUmA2DKPkFpcECqOjDBeyjYGDIgRsWSmrYwNqgNmsCENA0IUsWhSxRV1ggB5O5Uhg5gd3FUGXPvgJYN+qAPshSAIBNEBJXzuIuOcI/Ra8CDqOnBaCGGywU0EJHqFCHebPAUKc5uThQFgx/CgstldvaVKFnDGT6hVBUxHgKEZnJDb1SChQKZoD9dqEDAqU6BqgEuHG88l+N31VfAPQ5slIXl4jDWE53bG95UW7MydJgkdTUMqKaOoe3+rplawAg2cRcX00A7dbro4qm14HJTkmk/H+RXyjxmrbgVfJhrmwVEckcMcpIdlc6URm4Itp7RquGpTx47T3/o+/spY8+qUciuKu/2TfyPEQcoceqaWV0fKeKMRyWjnlga3nm26xLbHQEgZhp29o+BZZtfmP1E9DpITSeBu1uk3t5b2t2t6f7epX27icsDxScp6mSQZBzjaESNbob+gw7dPy7CSStd5KtpHH8HhjJdeBJb7dVf9fh7jPk7i+MjFsLircRnqoat72v5+mENssbj1RlB2tvc7rabVvHOfUk3dny6zTabuckoQUXGuHfLXO/k/wDd+h6+orzctgsBxHevRjj8z8xLJ5GHSaj0ucd420W+mJjrkEQzvmYc9rjeuOSNPY745OS3BZxeQrJoNsqU6AgEdALVEoO6R31VYPQtNhENxvcKeBl8gv2nA7m5GizXSOjc99hlDWl1z3EAHwIK33b4Ofex2YNW0WEVlHPR1TBLHUMDHsLiCQ0lwAO7W5Czkg8kemXB10+d6bIsuJ1Jff1FlLg2BVVLJJlqoWPc0G9S5t9A4EFrtB1te+91iWkjF0fVDtfNJKW23mkYzckuS1UctU2aSQEgRvrnvd6Rbp1jtLSPkub0UXu0/c74+3tVDaMkv0UfoXouTmC0srcUpKOZlZmLRJNO95GlidT2aLrj0sIZLXJwz9sarUafupP4X4Ul6+CHlJSCeJznG2tmrvOdM86EOpC6j5YYA7F/sSGrcajOYwXMORz+EO7b+xfH+IhKdHrvsjVY9P37j8PPrXnQ2Y0tklBaG9bYNi7zfB5sFyDTCzysmhg5uVUpW9kAkodKycH+676lVkHVQwvpsozHM1wIabE6HfuSLpmJq0L58PhlD/8AZzsjkPWijLWj0C0u03kG231R7eqyNeP3ZwljTvbn6Fp6V0lQ2SVlXI5hsPQtpfUab82tu7sUUqVKjThcrd+xlJhrQx8XN1jhbKXAs6wDQ0G1rbBttdaWR3e3uZePaqfsadDa10rmwVJc5zXnUbRK6Qbtl3m/cAp13W6+1XyL0Vbp/bv5mmISymNlqWSwPWOml0xpXyXI3XBaglkEjY26s1uP1SaVWXG3dHlYP9OaCh5Rtxd+IP6Oyfn46YssQ+9wM19QDusvPjpfjtPY/TZf8gyS0ncOO7VX6fp5ntXyMks5hvpfwX0tNHgRafAG9md5IQDQgEWKAydD2KgT4hA6CrZUNBDHCz7dvaf5uQofDNdgs82t2qAvzv4j70BOc/GfegJzn43e9Ad5y/ru96AjnBzSHOJB3XQmzMhHEHXaLHcQVepk6Y+Rd4D22e4uHYSom1wVpMzcGRMJByjfqjbYUUgmiYW04Lhq45tfl8kAQgIgOEAixAIPagMDRU5+7t+VxH0QE6FBwu+N3mhbJ0KDhd8Z80IToUHC74z5oLJ0KDhd8bvNC2TocHC74z5oQnQ4OF3xnzQFuiw8LvjPmgOinhBByA27dUBqgP/Z

     

    Pour les bébés  vous pouvez vous préparer vos propres sels de bain facilement avec la recette ci-après.

    sels de bain aromatiques pour L'inconfort de la peau  :

    Pour un grand bain, versez successivement dans un bocal ou dans un saladier bien propre :

    –    Environ 150 g de sel de mer (sel de Guérande .)

    –    5 cuillères à soupe de bicarbonate de soude ;

    –    2 à 3 cuillères à soupe de macérât huileux de calendula.....

    –    6 .gouttes d'huile essentielle. de niaouli (melaleuca quinquenervia) :

    –    6 gouttes d’huile essentielle de camomille allemande (matricaria recutita),

    Si vous êtes .allergique à l’une des huiles essentielles citées ou si vous ne devez pas l’utiliser sur ordre médical, ne l’ajoutez tout simplement pas.

    Touillez la préparation .pour obtenir des sels imbibés d’huile. Répartissez alors la préparation dans l’eau du bain. Restez immergé 15 minutes au moins dans le bain. Vous pouvez vous frotter doucement avec une éponge naturelle humide. Au sortir du bain, tamponnez-vous soigneusement à la serviette, sans rincer. Ce bain aromatique peut se pratiquer une à deux fois par semaine au maximum. Il est important de l’envisager comme un moment de détente.

    Pour le soin de la peau

    Une fois la peau nettoyée, il est bénéfique de masser le corps et en particulier les plaques de psoriasis avec un produit émollient, hydratant et réparateur à la fois..

    Si les plaques ne sont pas trop étendues, le beurre de karité s’impose.

    Il répare, protège et lutte contre l’inflammation. Il est par contre un peu plus difficile à appliquer qu’une huile puisqu’il faut préalablement le chauffer dans les mains pour le rendre pénétrant. Idéal si vos plaques de pso sont de la taille d’une main par exemple.

    Pour les zones plus étendues, l’huile de bourrache bio est très adaptée. Riche en bons acides gras oméga 6, elle prévient l’inflammation autant qu’elle hydrate et assouplit la peau.

    Si le psoriasis est récalcitrant ou installé depuis longtemps, l’huile de nigelle est vraiment à tester ..Elle a parfois un effet très rapide sur les cas les plus difficiles.

    En vérité, le soin visant surtout à donner plus de confort à la peau, vous pouvez varier les plaisirs en massant tour à tour la bourrache ou la nigelle, voire même l’argan ou le calendula. Cette dernière huile est un must si les démangeaisons sont très présentes.

    .Psorasis sur le cuir chevelu

    Les plaques  bien circonspectes à la racine des cheveux ou aux oreilles se traite bien avec l’huile de bourrache.

    Pour ll'inconfort  du cuir chevelu, pratiquez aussi souvent que possible un bain capillaire à l’huile de calendula ou d’amande douce en massant les plaques généreusement imbibées et en laissant poser au minimum 1 heure avant de rincer avec un shampooing très doux.

    Si vous le souhaitez, vous pouvez vous fabriquer une huile de soin spécifique, enrichie en huiles essentielles pour bénéficier de leur action cicatrisante, assainissante et anti-inflammatoire.

    huile de soin.

    Dans un flacon en verre ambré ou bleuté de 50 ml, versez successivement :

    –    10 gouttes d’huile essentielle de ciste (cistus ladaniferus) ;

    –    5 gouttes d’huile essentielle d’immortelle (helichrysum italicum) –

    –    5 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus citronné (eucalyptus citriodora) ;

    –    10 gouttes d’huile essentielle de myrrhe (commiphora molmol- à chauffer entre les mains pour liquéfier) ;

    –    1 cuillère à soupe d’huile de bourrache ou d’onagre;

    –    2 cuillères à soupe d’huile de nigelle ;

    –    1 cuillère à soupe et demie de macérât huileux de calendula.

    Si vous vous êtes officiellement allergique à l’une des huiles essentielles citées ou si vous ne devez pas l’utiliser sur ordre médical, ne l’ajoutez tout simplement pas. Ne pas utiliser la recette sur un enfant de moins de 6 ans. Ne convient pas aux femmes enceintes.

    Appliquez cette huile 2 fois par jour sur les zones concernées après les avoir nettoyées et séchées en douceur. L’usage de cette huile est quotidien, jusqu’à nette amélioration.

    Dans tous les cas la prise quotidienne de capsules d’huile d’onagre est recommandable. 2 à 4 capsules d’huile d’onagre par jour à prendre aux repas.

    Pensez en interne aux Oméga 3se nourir de l'intérieur.

     



  •  les huiles végétales sont les meilleures amies des cheveux secs autant que des cheveux gras ou abîmés... .

    L’idée maîtresse des huiles pour cheveux est de renforcer la fibre capillaire en la nourrissant d’une part avec des acides gras et des céramides contenus dans les huiles, et en la gainant d’autre part pour la protéger.

    Il faut pour cela des huiles au toucher non gras capables de se « lier » aux écailles des cheveux pour les lisser, les plus adaptées étant : l.huile de jojoba, l..huile d'argan, l’huile d'avocat, l’huile de coco et parfois lebeurre de karité .

     

    Plusieurs fois par semaine en fonction du cas, vous pouvez pratiquer un bain capillaire à l’huile :

    >> massez toute la chevelure et le cuir chevelu avec 2 ou 3 cuillères à soupe d’une huile ou un mélange, laissez poser sous une serviette tiède pendant 40 minutes au moins (ou toute la nuit) et rincez avec un.shampoigs doux ensuite.

    Des astus pour Cheveux fins et cassants, qui manquent de volume :

    - Deux fois par semaine, avant le coucher, massez de l’huile de coco chauffée dans les mains sur la chevelure. La quantité doit être suffisante pour couvrir tous les cheveux et les « lustrer » sans que cela dégouline. Tentez de bien faire pénétrer l’huile dans les cheveux, des racines jusqu’aux pointes.
    Enveloppez ensuite vos cheveux dans une serviette tiède et laissez poser la nuit. Au réveil, shampooinez pour rincer et coiffez normalement (si vous utilisez un sèche-cheveux, réglez-le sur la température la plus froide possible, les cheveux seront moins secs et plus forts). Pour varier les plaisirs, vous pouvez également pratiquer ce soin avec de l’huile de jojoba,  ou d’argan.

    Pressée ? Vous n’aimez pas ce cérémonial un peu long ? Alors optez pour un après-shampooing 100 % naturel :

    >> Mélangez dans vos mains ou dans un petit bol l’équivalent de 1 cuillère à soupe de. gel d'aloé véra Bio avec 1 cuillère à café d’huile d’argan. Massez longuement les cheveux mouillés, laissez agir une dizaine de minutes, puis rincez à l’eau tiède et séchez au sèche-cheveux le plus froid possible.

    Nous vous recommandons :

    Gel aloé véra, huile d'argan, beurre de karité, huile de coco ( Astus : à utiliser pour la cuisine en remplacement de l 'huile d'olive  ou en association )



  • faire son repassage avec les senteurs de lavande.

     quelques conseils d'huile essentielle à la maison.

    Odeur de frais dans la maison : Au moment de passer l’aspirateur, versez

    quelques gouttes d’huiles essentielles de lavande sur un coton, et aspirez le

    tout. L’aspirateur va promener ses arômes de la Provence partout où vous

    passerez l’aspirateur !

    Désodorisez le réfrigérateur : Fini avec les odeurs dans le frigo en ajoutant

    une goutte d’huile essentielle de lavande et une goutte d’huile essentielle de

    citron posées sur les ampoules.

     

    Désodorisez une poubelle : Une fois votre poubelle lavée et séchée, versez

    une goutte d’huile essentielle de lavande et une goutte d’huile essentielle

    d’arbres à thé sur une pierre poreuse, une gaze ou un coton que vous posez au

    fond de la poubelle.

    Rafraîchir le micro-ondes : Versez 3 gouttes d’huile essentielle de citron ou

    de menthe dans un bol d’eau. Faites chauffer 3 minutes à pleine puissance.

    Parfumer les toilettes : Posez une petite pierre poreuse dans une soucoupe

    et ajoutez quelques gouttes d’huile essentielle de lavande, d’ylang-ylang ou

    de pin.

    Linge parfumé : Glissez dans votre linge un gant de toilette sur lequel vous

    aurez versé 7 gouttes de lavande, de menthe. ou d’eucalyptus ou

    versez 3 gouttes d’huile essentielles dans l’eau du fer à repasser.

     

    Déodorant pour pièce : Versez quelques gouttes d’huile essentielle de

    menthe dans un vaporisateur d’eau. Secouez bien, vaporisez dans la pièce.

    Eloigner les insectes : Plutôt que d’utiliser des insecticides toxiques, malodorants, diffusez plutôt

    des huiles essentielles comme la lavande, le cèdre et l’eucalyptus. Si vous n’avez pas de diffuseur,

    versez simplement quelques gouttes d’huile essentielle dans un bol d’eau chaude ou même sur des

    morceaux de cotons, à répartir dans la pièce.



  • précautions d'utilisation

    Les indications d'utilisation des huiles essentielles notées ci-dessus sont tirées d'ouvrages scientifiques de référence, mais elles ne constituent aucunement une information médicale. L'utilisation des huiles essentielles nécessite un diagnostic au cas par cas lors d'une consultation par un médecin ou un spécialiste d'aromathérapie diplômé. Dans tous les cas, ne dépassez pas 2 gouttes d'huiles essentielles pures par prise orales et 3 à 4 prises par jour, de même pour les applications cutanées qui nécessitent la dilution des huiles essentielles pures dans une huile de base (macadamia, amande douce...). Concernant la diffusion, ne diffusez jamais en continue (10 mn max par heure). Attention, beaucoup d'huiles essentielles sont contre indiquées aux enfants de mois de 7 ans et aux femmes enceintes ou allaitantes.
    Cette synergie peut être utilisée en cuisine.


    Toutes nos huiles sont issues de l'agriculture biologique certifiée par Ecocert. 




  •  

    Comment utiliser les Huiles Essentielles ?

    A condition de suivre scrupuleusement les indications données, vous pouvez bénéficier des huiles

    essentielles en usage interne. Limitez vos prises à des doses de 1 à 2 gouttes que vous prendrez :

    sur un comprimé neutre que vous sucerez lentement

    incorporées à des gélules exécutées sur prescription par un pharmacien

    dans une cuillère à café de miel que vous diluerez dans un demi-verre d’eau tiède.

    La dose de 1 à 2 gouttes se révèle généralement suffisante dans la plupart des cas, à prendre 1 à 3

    fois par jour. En automédication, tenez-vous en au dosage indiqué.

    Les huiles essentielles par voie cutanée

    La plupart des huiles essentielles utilisées pures sont irritantes pour la peau et

    les muqueuses. Elles sont souvent mélangées à des huiles végétales (olive,

    noisette, amande douce, macadamia, …). Le pourcentage d’huile essentielle sera

    plus ou moins important selon l’effet recherché. Une lotion ou huile de massage

    peut ainsi être réalisée en incorporant une ou plusieurs huiles essentielles

    associées.

    Les huiles essentielles en diffusion atmosphérique

    C’est sans doute l’usage le plus courant. Répandues dans l’atmosphère grâce à

    un diffuseur, les molécules aromatiques parfument, mais surtout désinfectent la

    chambre ou le lieu de travail. Pour éviter la saturation en principes aromatiques

    irritants, il est préférable d’utiliser votre diffuseur de manière intermittente,

    par exemple par période de 15 minutes toutes les heures.

    Les huiles essentielles en inhalations

    Très efficace en cas de rhume, sinusite ou bronchite, les huiles essentielles

    libèrent les voies respiratoires et ont des propriétés anti-infectieuses.

    Il suffit d’ajouter quelques gouttes dans un bol d’eau très chaude et de

    respirer les vapeurs qui s’en dégagent pendant quelques minutes.

    Les huiles essentielles incorporées dans des soins de beauté

    Les huiles essentielles sont largement utilisées en cosmétique et vous pouvez préparer vous-même

    certains produits de beauté par exemple en ajoutant quelques gouttes d’huiles essentielles de

    géranium odorant, de romarin, d’arbre à thé, de lavande ou d’agrumes à de l’huile de noyau

    d’abricot.

    Là encore, suivez bien les recettes que vous trouverez en fonction de l’objectif que vous souhaitez.